La vidéo de « Montauban » en exclu sur Shadazz

http://shadazz.fr/onair/remi-parson-montauban-premiere/

Article par Chris.

Si Lino Ventura affirmait qu’« on ne devrait jamais quitter Montauban » dans un célèbre film de Georges Lautner, Rémi Parson, natif de la cité d’Ingres et accent du sud-ouest à couper à l’Opinel, a pour sa part fait le choix de prendre la tangente. Direction l’Angleterre, les rythmes robotiques de l’Hacienda et l’indie-pop à fleur d’épiderme de chez Sarah Records. Branché depuis 10 ans à l’heure de Londres, le frenchie en a profité pour parfaire son concubinage avec la new-wave anglaise, celle des premiers New Order et de The Wake, avant de revenir en grandes pompes (comprenez en Doc Martens bien lustrées) célébrer sa ville d’origine. Une façon comme une autre de boucler la boucle avec la petite ville rose du sud de la France, mais nous y reviendrons.

Retour au printemps 2014. La Souterraine livre la 3ème fournée de ses compilations à double effet Kiss-Cool. Bien entouré entre Aquaserge et Eddy Crampes : « La Tristesse », un tube de bloc-opératoire ciselé par des synthés à la précision de micro-scalpels et porté par un beat de pacemaker sous amphétamines. Rémi Parson revient sur cet épisode: « La Souterraine m’a énormément soutenu dès le départ. Je n’appartiens pas réellement à une « scène » française du fait de mon éloignement mais j’ai pu bénéficier de cette étiquette maintenant bien connue. Cela permet de situer ma musique bien que tous les artistes y soient très différents».

Qu’à cela ne tienne, Rémi Parson dévoilait par la suite les contours de son premier long format Précipitations. Composé à l’aide d’un Casio CZ 230s et de 3 bouts de ficelles, on pouvait y entendre des reliquats de synth-wave française du début des 80’s auréolés d’une écriture déclinant 50 nuances de grisaille londonienne. Les jeunes gens modernes sur lesquels titrait le magazine Actuel en février 1980 trainaient probablement dans les parages lors des prises enregistrées dans l’appartement nord-londonien, et la photo avait ainsi des airs de Daho sous cellophane sortant d’une villégiature au freezer.

Le disque a d’ailleurs reçu un très bon accueil en France mais également hors des frontières : « Les retours de l’étranger sont très positifs. Il existe une vraie sympathie pour la musique chantée en français. Les anglais en particulier y voient une forme de charme et un certain exotisme.» Le produit de ce Précipitations et de ses 9 titres sacrément bien roulés aboutissait ainsi sur un spleen synthétique, glaçant et sublime.

Fort de ce 1er essai à chercher dans le haut du panier des productions françaises synth-pop de ces dernières années, Mr. Parson ne s’est pas contenté de s’installer dans son fauteuil club Chesterfield pour s’allumer une pipe ou se griller des cigarillos. Le londono-montalbanais s’est rapidement remis aux affaires et son nouveau maxi, enregistré en studio à Londres, est ainsi dédié à sa ville natale : « Je ne me suis pas facilité la tâche puisque ces quatre titres sont sur Montauban, de façon monomaniaque. C’est une sorte de militantisme second degré à la fois personnel mais également un peu moqueur de tous ces morceaux qui traitent de grandes villes ou de lieux que les gens ne connaissent pas forcément.» Les synthés stratifiés font place à une new-wave épurée, aux lignes claires et à l’humeur sombre, qui joue de paradoxes : « Ce disque comporte des aspects plus analogiques. Il existe une dichotomie entre le sujet qui peut prêter à rire avec son coté terroir/briques rouges/pêches-et-brugnons, qui s’oppose à la tonalité sombre et froide des sonorités anglaises. »

Ce maxi de 4 titres, sobrement intitulé Montauban, sortira chez Objet Disque le 1er février prochain, en plein cœur de l’hiver, histoire de s’assurer que tout le monde reste bien au frais. Le 1er extrait, clipé, est à découvrir en haut d’article.

Pour la précommande : c’est par ici

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s