Rémi Parson – Journal de bord (novembre 2016).

Pop, Cultures & Cie

RémiBW1 (1).jpgRémi Parson At Work (feat. Yamaha PSS-390)


7 novembre 2016

La dernière fois que j’ai fait une chose pareille, on s’est moqué de moi. Du coup je remets le couvert, c’est trop tentant.

Il y a presque quinze ans, j’ai travaillé au musée Ingres de Montauban. Ce dernier prend place dans l’ancien palais épiscopal de la ville, lui-même bâti sur les fondations d’une ancienne place forte du Prince noir – comme un vieux fond d’Angleterre, déjà.

Pointaient tout juste à l’époque les prémices de la fin des amitiés d’enfance et l’aube imminente du choix des trajectoires nouvelles.

Un mardi peut-être, deux individus de ma connaissance franchissent le perron de la grande salle qu’il m’incombe de surveiller, tendue de tapisseries fanées, de bustes à frisettes, de bouquets obèses, me tirant brusquement de la lecture d’un vieil Inrockuptibles dédié Velvet Underground, sans doute emprunté à la bibliothèque où travaille mon frère Laurent.

View original post 344 mots de plus

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s