Festival Walden – Interview Rémi Parson.

Pop, Cultures & Cie

remibaj


Les lecteurs du blog te connaissent, mais peux-tu en quelques lignes nous parler de ton parcours pour les futurs spectateurs du Festival Walden ? Tu as commencé la musique très tôt…

Toute une histoire. Vers l’âge de 11-12 ans, j’ai commencé à gratouiller sur la guitare électrique chipée à mon frère et à pianoter sur un petit clavier Yamaha probablement dégoté chez Emmaüs. C’est le type de matériel que j’affectionne toujours aujourd’hui, d’ailleurs. Entre A Place For Parks, notre groupe de collège, avec Bruno déjà, plutôt post rock, avec lequel on avait gagné un tremplin rock local, mon projet “solo” folk lo-fi Electrophönvintage et The Sunny Street, assez shoegaze, j’ai eu la chance de sortir une belle poignée de disques sur des labels comme Plastic Pancake, We Are Unique Records, Cloudberry ou encore Slumberland. Et aussi de faire pas mal de concerts ; de l’Angleterre – où j’habite –…

View original post 1 294 mots de plus

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s