BIO

Rémi2016-8

Dans la grande famille déchirée de la chanson française qui englobe les tontons réacs et les petits neveux prétentieux, les parents has been mais bienveillants et les enfants rigolos mais fatigants, il y a ceux qui, dès leur permis de conduire en poche et le jour de leur 18 ans ont décidé de prendre le large, avec le strict nécessaire dans le sac à dos. Et ceux là, ils sont allés se chercher une famille ailleurs, dans des disques de figures paternelles sensibles et radicales comme Taxi Girl et le Dominique A de la Fossette, par exemple. Rémi Parson, lui, a choisi de partir à Londres pour faire ses magnifiques chansons en français, avec le même petit Casio que Dominique A utilisait en 92, mais qu’il fait sonner comme Taxi Girl en 1980. Sa musique a malgré tout la contemporanéité intemporelle de la jeunesse, de la fraicheur, de la mélancolie et de l’espoir qui pique les joues, file la chair de poule et sonne déjà comme ces disques dont on sait qu’ils sont le début d’une histoire pleine de promesse.

Par Rubin Steiner

Contact : remiparson82@gmail.com

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s